Le blog

Le blog

Une formation pour la création de son entreprise, obligatoire ?

Une formation à la création d'entreprise est-elle obligatoire ? Réponse avec ANAE RH
Article

Temps de lecture 6 min

Date de mise à jour le 17/03/2022

ANAE RH, le cabinet qui vous accompagne dans votre carrière

Auteur : ANAE RH

Expert ANAE RH

Table des matières

Il n’y a plus de formation obligatoire pour la création d’entreprise. Celle qu’exigeait la chambre des métiers a été supprimée par la loi PACTE. Elle se faisait sous la forme d’un stage. C’était le cas lorsqu’une activité relevait de la branche artisanale. D’autres formations non obligatoires pour créer son entreprise existent. Cependant, pour l’installation dans le monde des entrepreneurs, une formation est un atout non négligeable. Néanmoins, la chambre des métiers et de l’artisanat (CMA) doit toujours proposer un stage d’initiation à la gestion. Il en va de même pour la chambre de commerce et d’industrie (CCI).

La formation obligatoire pour la création d’entreprise n’existe plus

En France, de plus en plus de personnes sont désireuses de créer leur entreprise. Souvent, les futurs entrepreneurs hésitent à franchir le pas. Beaucoup pensent qu’il faut un diplôme spécifique pour s’installer. Or, il n’y a plus de formation obligatoire préalable à la création d’entreprise. En effet, celle qui était imposée à toute entreprise ayant une activité artisanale n’existe plus. Ce stage de préparation à l’installation (SPI) exigé par la chambre des métiers a été supprimé par la loi PACTE.

Le stage de préparation à l’installation dans une activité artisanale : un stage devenu facultatif

Avant la loi PACTE entrée en vigueur en novembre 2019, toute création d’entreprise dans un métier en relation avec une activité artisanale devait être précédée d’un stage de préparation à l’installation (SPI). Ce stage était obligatoire quel que soit le statut juridique de l’entrepreneur. Même l’auto entrepreneur, aujourd’hui fusionné avec le micro-entrepreneur, y était contraint. Et si les futurs artisans n’avaient pas accompli ces formalités, l’inscription à la chambre des métiers leur était impossible.
Aujourd’hui ce stage existe toujours. Mais il n’est plus obligatoire pour concrétiser son projet d’installation en tant qu’artisan et obtenir son immatriculation à la CMA. Néanmoins, le contenu de ce stage reste une bonne formation pour un entrepreneur. En effet, il permet aux entrepreneurs d’acquérir des compétences en matière juridique et commerciale.
Précisons cependant que cette formation peut se faire en ligne.

Le stage d’initiation à la gestion (SIG) : une formation courte proposée par les chambres consulaires

La chambre des métiers et de l’artisanat (CMA) ainsi que la chambre de commerce et d’industrie (CCI) sont tenues par la loi de proposer des stages d’initiation à la gestion (SIG) aux futurs entrepreneurs. Là encore rien d’obligatoire pour ces derniers. En revanche, les chambres consulaires doivent obligatoirement proposer cette prestation aux futures entreprises. Ces formations donnent aux stagiaires des notions de gestion, de droit ou encore de développement commercial.

La formation à la création d’une entreprise : un accompagnement de choix

La formation n’est certes plus obligatoire lors de la création d’une entreprise. Néanmoins, et à moins d’avoir déjà une formation en gestion, une bonne formation en création d’entreprises est la clé du succès. En effet, un entrepreneur doit être polyvalent.

La création d’entreprise : une activité nécessitant une grande polyvalence

Il doit savoir mener son projet à bien mais aussi avoir des compétences en gestion, en droit, en vente ou en marketing. Il doit également savoir faire un business plan. De plus, il doit savoir calculer un prix. Enfin, il doit avoir un minimum de compétences juridiques. Or, ces compétences sont les clés du succès. Difficile pour des créateurs d’entreprises de s’en dispenser.
Outre les chambres des métiers (CMA) et les chambres de commerce (CCI), de nombreux organismes proposent des formations. Toutes ne sont pas de qualité égale. Il faut donc veiller à choisir un organisme de formation certifié Qualiopi. Et bien entendu il convient de privilégier un stage ou une formation axée sur la création d’une l’entreprise.

Savoir choisir la bonne formation en vue de la création de sa propre entreprise

La formation idéale pour un créateur d’entreprise est celle qui s’ajuste parfaitement à ses besoins. Telle formation qui conviendra à un artisan expérimenté dans la pratique de son métier ne conviendra pas à un entrepreneur qui a une formation initiale en gestion. En fait, il faut faire un tableau et lister ses points forts et ses points faibles en matière de création et de gestion d’entreprise. Cette opération réalisée, il suffit de choisir sa formation.

Trouver un financement pour sa formation de création d’entreprise

Les sources de financement ne manquent pas. Compte personnel de formation (CPE), FIF-PL pour les libéraux, ou encore Pôle emploi pour les demandeurs d’emploi, chaque futur entrepreneur peut trouver son financement.

Financer sa formation de création d’entreprise quand on est en activité

Le financement de sa formation de création d’entreprise dépend de l’organisme de formation choisi. En effet, si celui-ci n’est pas certifié Qualiopi, vous ne pourrez mobiliser de financements publics ou certains fonds mutualisés. Or, ANAE-RH possède cette certification. Ainsi, un futur créateur d’entreprise a tout intérêt à se former à la création de son entreprise avec ANAE RH. Ce faisant, il aura accès à tous les financements disponibles dans le domaine de la formation. De surcroît, ANAE-RH vous propose un accompagnement individuel personnalisé pour votre création d’entreprise. Cette formation est d’une durée totale de 18 heures. Elle permettra néanmoins au futur entrepreneur d’avoir les bases pour conduire son projet au succès. Bien entendu, ce nouveau chef d’entreprise pourra continuer de se former régulièrement avec ANAE-RH.

Financer sa formation de création d’entreprise quand on est demandeur d’emploi

Le demandeur d’emploi peut obtenir le financement de ce stage par Pôle emploi. Il a d’ailleurs tout intérêt à mobiliser l’ACRE pour créer sa société et à intégrer le tout dans son projet professionnel. En effet, la création d’entreprise est un projet de reconversion qui peut être mené via Pôle emploi. Cependant, si Pôle emploi devait refuser de prendre cette formation en charge, le demandeur d’emploi peut toujours se tourner vers son compte personnel de formation (CPF).
En tout état de cause, le demandeur d’emploi pourra trouver un accompagnement pour créer son entreprise par le biais de Pôle emploi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pour aller plus loin
ANAE RH, votre cabinet spécialiste des ressources humaines, de la formation et du CPF

Nous utilisons des cookies sur notre site Web pour vous offrir l'expérience la plus pertinente en mémorisant vos préférences et les visites répétées. En cliquant sur «ACCEPTER», vous consentez à l'utilisation de TOUS les cookies.